P Joffrey Joffrey (famille de), 1271.12.01-2003.10.31 (Fonds)

Contexte de plan d'archivage


Zone d'identification

Cote:P Joffrey
Cote ancienne:P Joffray (de)
Intitulé:Joffrey (famille de)
Dates:1271 décembre - 2003 octobre
Date de constitution: XVIIe-fin XIXe siècle.
Dates pour la recherche:01/12/1271 - 31/10/2003
Niveau:Fonds
Importance matérielle:70 boîtes, 4 rouleaux de parchemin, 2 boîtes à fiches
Mètres linéaires:8,30

Zone du contexte

UD - Producteur de documents (Association): Joffrey (famille de)
Historique de la conservation:Ces archives ont été accumulées par les différents membres de la famille de Joffrey. Par le jeu des successions, ces ensembles se sont agrégés et ont également intégré des archives de familles alliées, de sorte que le fonds dans son état actuel concerne l'essentiel des membres de la famille de Joffrey et de leurs descendants par d'autres branches.
Dès le XVIIe siècle, vraisemblablement sous la pression du gouvernement bernois, les de Joffrey, comme tant d'autres familles nobles du Pays de Vaud, ont été tenus de prouver leur origine. Ceci nécessita la réunion des principaux documents attestant de la situation sociale de la famille, dont un inventaire fut dressé en 1641 sous l'impulsion de Jacques François de Joffrey (1570-1654). Lors de l'arrivée du fonds aux Archives cantonales vaudoises, sa structure était encore partiellement empreinte de ce travail et comprenait des séries consacrées exclusivement aux documents qui justifiaient les prétentions nobles de la famille. André de Joffrey (1607-1687), en particulier, s'intéressait à la généalogie de sa famille et à l'histoire des familles nobles du Pays de Vaud. Passionné d'histoire de manière générale, il a réuni un important matériel de travail (copies de documents anciens notamment); la présence dans le fonds de documents originaux du plus haut intérêt historique mais n'ayant pas de rapport avec la famille de Joffrey lui est vraisemblablement due, ainsi qu'à ses fils et descendants qui partageaient la même passion.
Cette curiosité envers l'histoire de la famille est restée vive au fil des générations, puisqu'au XIXe siècle, Armand Philippe de Joffrey fit encore constituer un ou plusieurs inventaires, qui indiquent que les archives familiales étaient au moins partiellement organisées; et son petit-fils, Emile Davall (1834-1896), passa encore en revue l'intégralité du fonds, rédigeant sur les enveloppes de très nombreux regestes et analyses.
Modalités d'entrée:Les archives de la famille de Joffrey ont été remises par donation (déclaration du 1er mai 1929) aux Archives cantonales vaudoises (Maxime Reymond, archiviste d'Etat par intérim), sur l'initiative d'Eugène Couvreu, ancien syndic de Vevey.

Les documents du fonds P Joffray ont fusionnés avec ceux du fonds P Joffrey lors de la reprise de l'inventaire de ce dernier le 31 mars 2006. Il comprenait 1 carton.
Date d'entrée:01/05/1929
31/03/2006

Zone du contenu et de la structure

Contenu:Le fonds d'archives de la famille de Joffrey permet d'esquisser l'histoire d'une famille de statut social supérieur dans le Pays de Vaud sur près d'un demi-millénaire. Comme dans tous les fonds de ce type, l'essentiel de la documentation consiste en actes faisant état de transactions diverses (acquisitions, ventes, partages, échanges etc.) et en actes notariés (contrats de mariage et testaments en particulier). Cette documentation est précieuse, car elle permet de prendre la mesure du patrimoine familial et de sa gestion au cours des siècles. C'est ainsi que l'on trouve dans le fonds l'original de l'acte d'acquisition, en 1501, d'un espace dans l'église Saint-Martin de Vevey pour y installer des bancs, propriété qui générera une documentation que l'on peut suivre jusqu'à la fin du XVIIIe siècle. De même, le fonds contient des copies de l'acte par lequel le fief de la Dausaz près d'Oron est devenu une possession de la famille vers le milieu du XVIIe siècle, avant de donner son nom à unebranche importante de la famille.

Quant aux documents relatifs aux étapes de la vie des individus, comme leur mariage ou leur préparation à la mort, ils permettent de déterminer des jalons précis dans leur existence et d'en apprendre plus sur les alliances de la famille et les relations des membres entre eux, notamment lors de la désignation d'héritiers. Il est par ailleurs frappant de constater que le premier contrat de mariage conservé dans le fonds est celui de l'un des premiers membres de la famille attestés, Aymon de Joffrey, qui épousa Marguerite Cathelaz ou Castella en 1499. Par la suite, même si ce n'est pas systématique, la conservation du contrat de mariage des membres de la famille semble être la règle plutôt que l'exception.

La richesse de ce fonds est due également au grand nombre de membres de la famille qu'elle concerne. Des 180 membres environ recensés dans la généalogie de Daniel Dutoit (voir BIBLIOGRAPHIE), 70 environ sont également attestés dans le fonds par des documents les concernant. Cela représente donc près de 40% de tous les membres, ce qui est assez considérable si l'on pense que la généalogie mentionne de nombreux individus morts enfants ou très jeunes, et qui n'ont donc pas eu le temps de générer une documentation. Les dossiers constitués sur chaque membre permettent d'en savoir plus sur leur trajectoire personnelle : en effet, sont souvent conservés les documents attestant des étapes de leur carrière comme les certificats militaires délivrés lors de l'obtention de grades, ou les brevets attestant d'une activité officielle ou politique.

Par ailleurs, leur personnalité se voit également souvent éclairée par la correspondance conservée. C'est ainsi que les lettres de Jean de Joffrey (1724-1777) permettent de se rendre compte de la difficile situation d'un bâtard à cette époque, de ses relations problématiques avec sa famille ou avec la société de manière générale. Plusieurs de Joffrey ont en outre rédigé des mémoires biographiques ou autobiographiques. C'est par ce biais que nous sommes extrêmement bien renseignés sur la carrière militaire d'Abraham Hubert de Joffrey (1675-1748), qui a été en campagne dans l'Europe entière et a accédé aux plus hautes charges officielles. L'un des fils d'André de Joffrey (1607-1687) a également dressé un portrait physique et psychologique de nombreux membres de la famille, éclairant tant ces individus en tant que tels que les relations qui pouvaient régner entre eux.

De manière générale, la famille de Joffrey a, au moins depuis le XVIIe siècle, été très intéressée par l'histoire, en particulier par la sienne propre et celle des autres familles nobles. Il en résulte dans le fonds une très grande richesse de contenu : inventaires d'archives, notes de travail, travaux scientifiques (recherches sur la ville de Vevey par André de Joffrey, 1607-1687), tableaux généalogiques, armoriaux, parfois d'une qualité de réalisation remarquable (superbes illustrations dessinées ou peintes).C'est ainsi également que l'on trouve dans le fonds plusieurs documents qui ont manifestement été acquis et conservés comme matériel d'analyse ou par collection, à titre de curiosité : c'est notamment le cas d'un journal historique et autobiographique extrêmement intéressant rédigé par un père et un fils pasteurs à Alès (département du Gard, France), juste après la révocation de l'édit de Nantes. Forcés à l'exil, ils passèrent notamment par Genève, Lausanne, Vevey, Berne et Zurich avant de s'établir ailleurs à l'étranger. Ce récit est éclairant tant pour les événements de cette époque en France que pour le rôle de la Suisse comme refuge et la vision qu'en avaient les réfugiés.

De l'acte notarié à l'analyse historique, de la description locale à la perspective internationale, de l'individu à la société, le fonds de la famille de Joffrey offre un vaste panorama de l'horizon d'une ancienne famille vaudoise. Le nombre, la qualité et la variété des documents qu'il contient en font un objet d'étude privilégié notamment pour la généalogie ou pour la prosopographie, mais aussi pour l'histoire de la noblesse ou l'histoire sociale de manière générale.

Zone des conditions d'accès et d'utilisation

Conditions d'accès:Libre
Langue et écriture:Français; Latin; Allemand; Anglais; Néerlandais
Caractéristiques matérielles:Boîte; Cahier; Registre; Volume imprimé; Enveloppe; Photographie; Rouleau; Parchemin

Zone des sources complémentaires

Sources complémentaires aux ACV:Bibliothèque de la Société Vaudoise de Généalogie : le fonds P SVG contient plusieurs volumes où se trouvent des analyses de documents anciens et matériel généalogique concernant la famille de Joffrey.

Blonay (famille de) : PP 637 : très nombreux documents concernant la famille de Joffrey; cet apport permet de compléter les informations qui se trouvent dans le fonds, notamment sur la collaboration pour des recherches historiques entre André de Joffrey (1607-1687) et Frédéric de Blonay ou sur l'affaire du procès entre Madame de Blonay et Philippe de Joffrey (1658-1747); on y trouve également un journal relatant les événements principaux de la vie de la famille aux XIXe et XXe siècles.

Cours de justice du district de Vevey : Bis 533, registre des prononciations, cessions et partages de feu noble André de Joffrey.

Goumoëns (famille de) : P de Goumoëns 246, contrat de mariage enter Jean fils de feu Jean de Joffrey, et Aymee, fille de François de Goumoëns, 1587; P de Goumoëns 319,état des biens de Marguerite de Goumoëns, veuve de Jean de Joffrey, 1654; P de Goumoëns 327, Jean de Joffrey, au nom de sa femme Marguerite de Goumoens vend tous les meubles que sa femme possède encore à Goumoëns-la-Ville à son beau-frère, 1666.

Loys (famille de) : P Loys 950, contrat de mariage entre Cathelin Loys et Jeanne de Joffrey, 1573; P Loys 2125, Vente de Judith de Joffrey à Albert Manuel, avoyer de Berne, 1630; P Loys 2424, contrat de mariage entre Isaac de Lavigny et Esther de Martines, veuve de François de Joffrey, 1564; P Loys 2431, idem; P Loys 1214, testament de Françoise de Buddé, veuve d'Isaac de Martines, en faveur de ses petits-enfants Guerard et Jeanne François de Joffrey, 1764; P Loys 1226, testament d'Esther de Martines en faveur de son fils Guerard de Joffrey, 1691; P Loys 3848, vente de Jeanne Esther de Joffrey à Jean François de Morsier, 1709; P Loys 4010, vente d'Albert de Joffrey et ses soeurs, Jeanne Madeleine et Jeanne Esther de Joffrey, à Jean de Loys,171; P Loys 1357, vente de Sarah Roche, veuve d'André Isaac de Joffrey, à Jean Pierre Panisset, 1725.

Mestral (famille de) : le fonds P de Mestral contient une section consacrée à la famille alliée de Joffrey (P de Mestral 600-650). Les nombreux documents qui y sont répertoriés sont organisés par dossiers autour des individus de la famille : Petremand (cité en 1493 et en 1508); Aymon (cité dès 1439, mort entre 1534 et 1538); Jean (cité dès 1500, mort entre 1580 et 1582); André (1535-1614); Nicolas (1537-1601); Jacques François (né après 1570, mort en 1654); Salomé (née vers 1607, mariée pour la seconde fois en 1639); Judith (citée en 1601 et 1630); François (1614/1617-1652); Hans Rudolf (cité en 1626, mort en 1648) et son frère Jean (né vers 1604, mort vers 1634); Gabriel (né après 1607, teste en 1654); Guerard (1648-1706); Abraham (né après 1612, mort avant 1662); Jeanne Françoise (baptisée en 1649, mariée en 1670); Frédéric Philippe Henri (1724-1777); Henri Armand Philippe (1769-1816).
Sources complémentaires hors ACV:Aux Archives communales de Vevey (inventaire ACV Ai 17) :

E bleu 254, échange entre la ville de Vevey et les hoirs d'Abraham de Joffrey, 1672; E bleu 325, projet d'échange de fiefs entre la ville de Vevey et le lieutenant baillival de Joffrey, 1772.
Fonds Davall-de Joffrey.

Aux Archives communales de Corsier-sur-Vevey (inventaire ACV Ai 19) :

U 8, Action de la commune de Corsier contre le citoyen Joffrey, 1801.

Aux Archives communales de Saint-Légier-La Chiésaz (inventaire ACV Ai 1346/7) :

DA 17 bis, Affranchissement pour noble Sébastien de Joffrey contre noble Jean-Daniel de Blonay, baron du Châtelard, concernant le fief de Joffrey rière le Châtelard, 1640; DA 39, prestation du serment de fidélité par Jacques François de Joffrey lors de la transmission de la seigneurie par Philippe et Rodolphe de Blonay audit de Joffrey, 1694; DA 47, affranchissement des usages octroyé par noble Anne Marie, femme de Jacques François de Joffrey, en faveur des communiers de Saint-Légier et La Chiésaz, 1716; DA 49, échange de fiefs passé entre noble Anne Marie de Blonay, Jacques François de Joffrey et la noble bourgeoisie de Vevey, 1716; DA 52, convention entre la commune de Saint-Légier et Paul de Joffrey, baron dudit lieu, 1729; DA 53, quittance du laud, par Paul de Joffrey, baron de Saint-Légier et La Chiésaz, pour l'héritage que la commune a fait de Jean Béguin, 1731; DA 58, convention entre Frédéric Philippe de Joffrey et la commune de Saint-Légier et La Chiésaz au sujet de la construction à frais communs d'un chemin près du Leyteran, 1750; DA 69, convenant entre la commune de Saint-Légier et La Chiésaz et Frédéric Philippe de Joffrey au sujet du Leyteran, 1770; G 11, rentier du fief que Jacques François et Abraham de Joffrey possèdent rière Montreux, 1660-1664; G 16, premier volume de reconnaissances de fiefs passées en faveur de Jacques François de Joffrey et Anne Marie de Blonay, sa femme, 1714-1717; G 17, deuxième volume de reconnaissances de fiefs passéesen faveur de Jacques François de Joffrey et Anne Marie de Blonay, sa femme, 1714-1717; G 18, troisième volume de reconnaissances de fiefs passées en faveur de Jacques François de Joffrey et Anne Marie de Blonay, sa femme, 1714-1717.

Dans des archives privées :

Archives Dutoit-de Joffrey, Corsier-sur-Vevey
Archives Demole-de Joffrey, Berne
Bibliographie:Dictionnaire historique de la Suisse [publication électronique DHS], art. Joffrey, de, version du 25.5.2005 (Paola Crivelli); art. Joffrey, Abraham-Hubert de (de la Cour-au-Chantre), version du 13.9.2005 (Cédric Rossier).

Dictionnaire historique et biographique de la Suisse, t. 4, Neuchâtel 1928, art. Joffrey, p. 285 (Maxime Reymond).

BAUDRAZ Benjamin, " Les Thomasset, famille vaudoise de petite noblesse rurale (1335-1559), dans Bulletin Généalogique Vaudois, 2004, pp. 12-143.

Id., article à paraître dans Bulletin Généalogique Vaudois, 2006.

DUTOIT Daniel, " Joffrey (de) ", dans Recueil de généalogies vaudoises, t. 3, Lausanne 1939, pp. 231-265.

ROSSIER Cédric, Edmond Davall (1793-1860), un destin au service de la patrie : entre conservatisme politique et avant-gardisme scientifique, Lausanne 2003 (mémoire de licence de l'Université de Lausanne) spécialement pp. 158-164.

Zone du contrôle de la description

Information sur le traitement:Le fonds est parvenu aux Archives cantonales vaudoises dans des cartons acides, chacun contenant une ou plusieurs grandes enveloppes entourées de ficelle, à l'intérieur desquelles se trouvaient pêle-mêle les documents. Les plus importants d'entre eux avaient été inventoriés avec un certain détail en 1931, mais la majeure partie n'avait été répertoriée que très grossièrement. Lors du traitement, tous les documents ont été conditionnés dans des enveloppes et/ou cartons non-acides. Une attention toute particulière a été portée à la structure familiale comme critère de classement, ce qui permit la répartition de très nombreux documents en dossiers concernant les différents membres de la famille de Joffrey.

Depuis l'arrivée du fonds aux Archives cantonales vaudoises, deux sections, concernant des familles alliées, avaient fait l'objet de soins particuliers. La section concernant la famille Thomasset a été inventoriée pièceà pièce par Benjamin Baudraz en 2000-2001. Les documents concernéssont maintenant conditionnés un par un et classés dans l'ordre chronologique, afin de permettre la correspondance avec l'inventaire. De même, la section concernant la famille Davall a été inventoriée en 2003 par Cédric Rossier. Le nombre de documents étant moindre que pour la partie Thomasset, les documents Davall ont simplement été conditionnés dans de nouveaux cartons, mais en conservant la répartition d'origine, afin de faciliter la correspondance avec l'inventaire. Aucune élimination n'a été effectuée dans le fonds.

Remarques :
1) bien que les frères Sébastien et Nicolas de Joffrey furent, vers la fin du XVIe siècle, les premiers membres de la famille à faire précéder leur nom de la particule « de », cette dernière a été utilisée pour l'ensemble de la famille dans l'inventaire, afin de faciliter l'intégration et l'utilisation des données.
2) les membres de la famille sont disposés dans l'inventaire dans un ordre qui suit celui de la généalogie de la famille rédigée par DanielDutoit (voir BIBLIOGRAPHIE); ce dernier n'ayant pas donné de numéro d'identifiant aux différentes personnes, la correspondance rigoureuse entre la disposition de l'inventaire et celle de la généalogie n'a pas pu toujours être garantie.
3) au cours de son histoire, la famille de Joffrey a produit de nombreux homonymes; grâce à leurs dates de vies, les confusions ont pu majoritairement être évitées lors du classement. Le chercheur veillera néanmoins à consulter les dossiers des homonymes afin de s'assurer d'avoir eu accès à l'intégralité des éléments disponibles.

Répertoire numérique établi par Arthur Bissegger, sous la direction de Gilbert Coutaz, le 31 mars 2006.

Inventaires en ligne

Inventaire extrait de DAVEL:CH_ACV__INV_01__0000195563.pdf
 

Descripteurs

Entrées:  [généalogie] (Matières\ Subdivisions\de forme)
  analyse sociale (Matières\A)
  JOFFREY (FAMILLE DE, ORIGINAIRE DE ROMONT, VEVEY ET ARNEX-SUR-ORBE) (Personnes\J)
  Vevey (Suisse, VD) (Lieux\V)
 

Fichiers

Fichiers:
  • CH_ACV__INV_01__0000195563.pdf
 

URL pour cette unité de description

URL: http://www.davel.etat-de-vaud.ch/detail.aspx?id=195563
 

Médias Sociaux

Partager
 
Accueil|Connexion|de en fr it nl sl ar hu ro
Inventaires des Archives cantonales vaudoises