PP 423 Maillefer (Lucy), 1885.05.21-1992.11.20 (Fonds)

Contexte de plan d'archivage


Zone d'identification

Cote:PP 423
Cote de gestion:RMS 22004.3 et 4
Intitulé:Maillefer (Lucy)
Dates:Journal personnel tenu et rédigé entre le 21 mai 1885 et le 24 septembre 1909. Dactylographié vers 1992, avant le 20 novembre 1992.
Dates pour la recherche:21/05/1885 - 20/11/1992
Niveau:Fonds
Mètres linéaires:0,30

Zone du contexte

UD - Producteur de documents (Association): Maillefer (Lucy)
Historique de la conservation:En 1967, après le décès de Mlles Lucy et Méry Maillefer, la famille a sauvé Des décombres une trentaine de vieux cahiers d'école, parmi les vieux meubles et les papiers jaunis en rangeant le "Vieux-Moulin" et l'ancienne usine de Romainmôtier.
Modalités d'entrée:Une transcription dactylographiée du journal a été remise par Charles Maillefer (Rue Roger-de-Lessert, 1164 Buchillon), le 20 novembre 1992. Dans le cadre d'un projet d'édition du journal (collection ETHNO-DOC, Éditions d'Enbas), la famille de Lucy Maillefer a permis de microfilmer les 33 cahiers qui constituent le journal original.
Date d'entrée:20/11/1992

Zone du contenu et de la structure

Contenu:La famille Maillefer est connue à Ballaigues depuis le XVe siècle. Un Antoine Maillefer est signalé en 1620 (avant la Révocation de l'Etat de Nantes, 1685). Les personnes qui sont citées dans le journal de Lucy Maillefer sont :
- Charles (Louis), 1841-1920 : quatrième de six enfants, né à Ballaigues, il fabrique des rouets en hiver et, si l'on en croit la tradition, parcourt le canton en été avec une charrette pour les vendre. Ce faisant, il rencontre et épouse en 1871 à Ollon Rose Julie Anex, née en 1846, fille de Samuel Anex, dit Chenaud. Mais la mécanisation de l'industrie textile bouleverse cet artisanat et Charles apprend à faire des limes à Vallorbe, puis se spécialise sur les machines qui les fabriquent. Il s'engage chez un petit patron à Fribourg et y connaît toutes les difficultés matérielles pour sustenter sa famille comptant déjà huit personnes avec Lucy, Robert, Méry, Alice, Charles et Lily. En 1890, il signe un contrat en bonne et due forme avec Friedrich Dick, fabricantde limes à Esslingen, comme constructeur de machines. Il y restera dix ans, acquerra ensuite un vieux moulin à eau à Romainmôtier pour s'établir à son compte selon son vieux désir. Tout est à faire : ateliers, logement, embauche, équipement, prospection. Il écrit à sa famille : "Je prépare tout". Mais quand elle arrive en automne, tout est encore en chantier. La tâche est lourde pour tous. Les enfants grandissent dans un cadre familial très uni, entre un père rigoureux, autoritaire et une mère tendre et compréhensive. Pour lui, le travail est religion qu'il impose à tous sans discussion; son rôle à elle est de distribuer l'harmonie, le pardon, la tendresse et la diplomatie pour aplanir les difficultés.
- Lucy, 1872-1967: l'aînée, née à Vallorbe, est l'auteur du journal intime. A Esslingen, elle seconde sa mère puis assume son indépendance comme préceptrice ou institutrice. Elle obtient des places de gouvernantes dans d'excellentes familles en Allemagne du Nord, en Grèce, en Turquie, même en Russie. En place à Venise, les avances du maître de maison lui inspirent de telles craintes qu'elle s'enfuit terrorisée et marquée pour une longue période. Ensuite, elle raconte dans une note intime ses angoisses et ses scrupules qui, entre autres, lui font renoncer à l'amour d'un prétendant grec. Elle rente au pays, obtient un poste d'enseignement à Sion, occupe divers emplois, puis se retire chez sa mère à Romainmôtier.
- Robert, 1873-1919 : en fils aîné, il doit suivre les directives du père. Il fréquente le technicum de Stuttgart, puis, dans les nouveaux ateliers de Romainmôtier aménagés vers 1900, construit sous l'oeil paternel des machines pour tailler les limes. Il épouse Hélène Guignard, fille d'Edmond, patron de la scierie du "Battoir", aussi à Romainmôtier. Elle donnera naissance à Jeanne, à Nelly et à Lilla. Le père de Robert, Charles, se retire en 1912 en "Prahel", dans une usine qu'il a achetée et où il s'éteindra en 1920. Robert conduit les affaires industrielles avec persévérance jusqu'à sa mort en 1919.
- Méry, 1877-1967 : elle occupe quelques places de préceptrice dans des familles allemandes, travaille dans un orphelinat américain pour enfants arméniens à Bardezag en Asie Mineure puis à Corfou. Elle rentre au pays en 1918, et vers 1921, s'engage dans une formation d'infirmière à "La Source", à Lausanne. Elle est nommée infirmière-visiteuse à Aigle puis à Orbe. En 1947, elle prend sa retraite et reste à Romainmôtier seule avec sa soeur Lucy. Toutes deux sont hospitalisées à Saint-Loup en 1963 et y décèdent en 1967.
- Alice, 1879-1927 : énergique, autodidacte, elle aide son père puis son frère Robert au bureau de Romainmôtier. Ses parents s'opposent à ses espoirs matrimoniaux. En 1920, elle travaille dans une secte à Berne puis rejoint sa mère à Romainmôtier peu avant sa mort en 1926. Alice décède au printemps 1927.
- Charles (Albert), 1884-1960: resté en Allemagne en 1990 lors du retour de sa famille en Suisse, il fréquente avec succès l'Ecole d'Ingénieurs de Mannheim, travaille ensuite entre autres chez Brickele-Panzen, fabrique de turbines, répond à l'appel de son père pour une collaboration qui ne lui convient pas, s'expatrie à Philadelphie en 1911, y trouve du chômage puis un emploi d'ouvrier chez Baldwin, fabricant de locomotives. Nouvel appel de son père, nouvelle séparation. Il se met à son compte en ouvrant un bureau d'ingénieur aux Jumelles 11 à Lausanne, y pratique le commerce des machines avec succès car il est imaginatif, débrouillard et travailleur infatigable. Mais Robert meurt en 1919. Sa veuve Hélène épouse Charles en 1920. Ils s'établissent aux Terreaux 10 à Lausanne, prennent en charge les trois filles de Robert, sont gratifiés d'un fils Charles (Edmond) en 1921. Le grand-père Charles (Louis) meurt en 1920. L'entreprise familiale qui a survécu non sans quelques difficultés figure dans la succession que Charles accepte malgré un excédent de SFr. 70'000,-- au passif.

Les "Etablissements Maillefer S.A."à Romainmôtier sont fondés en 1920. Les bureaux sont à Lausanne, Terreaux 10, les ateliers restent à Romainmôtier. La diversification s'impose car les machines à tailler les limes ne suffisent plus. Les produits extraordinaires divers témoignent de l'imagination et de la volonté du patron. Une spécialisation s'amorce dans les machines de câblerie grâce à des commandes pour Cossonay. Les ateliers sont transférés à Renens en 1929 et les bureaux aussi peu après. La crise des années 30 se surmonte sans défaillances ni licenciements. La guerre 39-45 apporte de nouveaux problèmes aussi surmontés avec succès. Le fils, Charles (Edmond), diplômé de l'Ecole Polytechnique de Lausanne, s'engage en 1947, après des stages à l'étranger, dans l'entreprise qui occupe alors environ 60 personnes pour un chiffre d'affaire annuel de 3 à 6 millions de francs. Charles (Albert) décède en 1960.

- Lily (1887-1906) : dernière née de Charles (Louis) et de Rose-Julie, elle meurt de tuberculose alors qu'elle estélève de l'Ecole Normale à Lausanne.

Le journal original fait 1642 pages et occupe 33 cahiers. Il relate, dans une écriture fine et soignée, la vie de Lucy Maillefer, adolescente, jeune fille, du 21 mai 1885 au 24 septembre 1909 - le journal s'interrompt brusquement. La famille a vécu à Vallorbe, Fribourg, Esslingen près de Stuttgart; Lucy Maillefer a fait de longs séjours, comme préceptrice, en Allemagne et en Italie.

Le journal comprend de nombreux nons-dits, des restrictions mentales et des descriptions de première qualité. Pénurie et privations ont marqué les relations familiales.

Zone des conditions d'accès et d'utilisation

Conditions d'accès:Libre.
Langue et écriture:Français
Caractéristiques matérielles:Microfilm; Papier

Zone des sources complémentaires

Bibliographie:- Maillefer SA : fabrique de machines pour la câblerie et l'industrie des plastiques, Lausanne-Ecublens, Lausanne, 1972, 35 p.
- Maillefer (Lausanne). Machines pour demain 1900-1975 : 75 ans de progrès techniques, Ecublens-Lausanne; Maillefer SA. 1975.
- Maillefer, Lucy: "Oh si j'étais libre": journal d'une adolescente vaudoise 1885-1896, Lucy Maillefer ; texte établi, présenté et annoté par Gilbert Coutaz et Robert Netz, Lausanne : Ed. d'en bas ; [Bâle] : ETHNO-DOC [c/o] Société suisse des traditions populaires, cop. 2006. 368 p.

Zone des notes

Notes:Les documents originaux ont été microfilmés et les tirages ont été placés à la suite du document dactylographié.

Zone du contrôle de la description

Information sur le traitement:Les microfilms ont été réalisés par les Archives cantonales vaudoises, entre le 19 et le 28 avril 2004. Cela représente 1646 pages microfilmées.

Inventaire rédigé par Gilbert Coutaz, le 9 août 2004 à partir d'un état partiel du 26 janvier 1993.

Inventaires en ligne

Inventaire créé hors DAVEL:CH_ACV__INV_10__PP_423.pdf
 

Descripteurs

Entrées:  MAILLEFER (ALICE, 1879-1927) (Personnes\M)
  MAILLEFER (CHARLES, INGENIEUR ET DIRECTEUR DE MAILLEFER S.A., 1884-1960) (Personnes\M)
  MAILLEFER (CHARLES, ALLIE ANEX, ARTISAN LIMIER A ROMAINMOTIER, 1841-1920) (Personnes\M)
  MAILLEFER (LUCY, INSTITUTRICE ET GOUVERNANTE, 1872-1967) (Personnes\M)
  MAILLEFER (MERY, PRECEPTRICE ET INFIRMIERE-VISITEUSE VAUDOISE, 1877-1967) (Personnes\M)
  MAILLEFER (ROBERT, INDUSTRIEL A ROMAINMOTIER ET DIRECTEUR DE MAILLEFER S.A., 1873-1919) (Personnes\M)
  [journal intime] (Matières\ Subdivisions\de forme)
  préceptrice (Matières\P)
  Ballaigues (Suisse, VD) (Lieux\B)
  Esslingen (Allemagne) (Lieux\E)
  Romainmôtier (Suisse, VD) (Lieux\R)
  Vallorbe (Suisse, VD) (Lieux\V)
  religion (Matières\R)
  Allemagne (Lieux\A)
  Fribourg (Suisse, canton) (Lieux\F)
  Italie (Lieux\I)
  Stuttgart (Allemagne) (Lieux\S)
  industrialisation rurale (Matières\I)
  tendresse (Matières\T)
  rouet (Matières\R)
  autodidaxie (Matières\A)
  pardon (Matières\P)
  MAILLEFER (LILY, 1887-1906) (Personnes\M)
 

Fichiers

Fichiers:
  • CH_ACV__INV_10__PP_423.pdf
 

URL pour cette unité de description

URL: http://www.davel.etat-de-vaud.ch/detail.aspx?ID=43137
 

Médias Sociaux

Partager
 
Accueil|Connexion|de en fr it nl sl ar hu ro
Inventaires des Archives cantonales vaudoises