PP 778 Office suisse d'expansion commerciale, 1895-2000 (Fonds)

Contexte de plan d'archivage


Zone d'identification

Cote:PP 778
Cote de gestion:T 22 = PP 778.10
T 464 = PP 778.1-9
U 13
Cote ancienne:P Office suisse d'expansion commerciale
PP 227
PP 413
PP 681
Intitulé:Office suisse d'expansion commerciale
Dates:1895 - 2000
Date de constitution: 1927-1996.
Dates pour la recherche:1895 - 2000
Niveau:Fonds
Mètres linéaires:231,00

Zone du contexte

UD - Producteur de documents (Association): Office suisse d'expansion commerciale
Historique de la conservation:Archives conservées au siège lausannois de l'OSEC et organisées en fonction des adresses du siège.
Modalités d'entrée:Les archives de l'OSEC couvrent pratiquement l'entier du XXe siècle. Elles n'ont pas été livrées en une fois, mais par des versements successifs. Effectué selon la volonté de la direction de l'Office, le premier de ces versements (1935) a représenté un tournant dans l'histoire des Archives cantonales vaudoises. Comme elles ne possédaient pas d'archives de ce genre, ce fut avec l'OSEC et après décision favorable du Conseil d'État que les ACV dépassèrent leur statut de dépôt de pièces officielles pour accueillir également des archives d'entreprises.
Des versements supplémentaires en 1969, 1977 et 1983 vinrent s'ajouter aux documents de 1935 pour former le fonds P Office suisse d'expansion commerciale. Par la suite, deux versements (1987, 1992) constituèrent deux fonds distincts - respectivement PP 227 et PP 413. Les trois fonds étaient néanmoins constitués d'une même matière : le traitement des demandes de renseignements posées à l'Office et à son ancêtre le BIS de 1921 à 1983, ce qui représentait 123, 40 mètres linéaires de cartons. Cette matière n'a pas fait l'objet d'un inventaire.
Annoncée dès 2000, la fermeture du siège de Lausanne a provoqué un nouveau versement en février 2001, composé d'une matière dense et très variée. Elle a été classée sous la cote PP 681, et constitue toutes les archives données par l'OSEC qui ne sont pas des fichiers du renseignement.
Les cotes P Office suisse d'expansion commerciale, PP 227, PP 413 et PP 681 ont été fusionnées en avril 2002 sous la cote PP 778, qui - de fait - les remplacent et regroupent désormais tout ce qui concerne l'OSEC aux ACV. Un plan de classement de l'entier de cette matière a été rédigé à cette occasion.
Les archives de l'OSEC font l'objet d'une convention de dépôt. Cette dernière a été signée à Chavannes-près-Renens le 3 novembre 1998. Elle stipule entre autres articles que l'OSEC reste propriétaire de ces archives et que la consultation du fonds est soumise à une réserve de 50 ans, sauf dérogation accordée par la direction de l'Office.

La Cinémathèque qui avait reçu une dizaine de cartons d'archives photographiques a proposé de les transférer aux Archives cantonales vaudoises, en raison de leurs parentés avec les archives écrites. L'expertise a confirmé la relation et les apports originaux de la photographie dans les démarches promotionnelles de l'OSEC. La donation a été faite, le 18 novembre 2010, par Nadia Roch, cheffe du non film (Cinémathèque suisse, Centrale d'archivage, Chemin de la Vaux 1, 1363 Penthaz). Un complément provenant également de la Cinémathèque a été effectué le 20 mars 2017.
Date d'entrée:31/10/1935
05/08/1969
28/09/1977
08/02/1980
18/05/1983
17/11/1987
10/11/1992
06/04/1993
12/10/1998
19/02/2001
18/11/2010
20/03/2017

Zone du contenu et de la structure

Contenu:Archives du BUREAU INDUSTRIEL SUISSE (B.I.S.) (1919-1927), dates couvertes par les documents : 1910-1928
Archives de l'Office suisses d'expansion commerciale (dès 1927), comprenant les sections suivantes :
- administration et organisation interne (1921-2000)
- services (1921-2000)
- propagande (1922-2000)
- foires, conférences, expositions, congrès (1895-1992)
- représentations, rapports et relations commerciales avec l'étranger (1923-1998)
- voyages (1928-1987)
- documentation économique (1883-1987)
Archives de Henri Muret (1899-1948).

Mode d'emploi pour la recherche par pays :

Introduction
Les archives de l'OSEC sont d'une grande valeur pour qui veut connaître l'histoire des relations commerciales entre la Suisse et l'étranger au XXe siècle. Néanmoins, il n'est pas aisé d'entrer dans une telle masse d'informations sans point de repère. Le mode d'emploi, proposé par l'introduction, concerne la recherche par pays ou par zone géographique dans le fonds de l'OSEC. Il neconsiste pas en une énumération systématique de tout ce qui concerne chaque pays dans tous les domaines, mais propose une approche pratique des manières d'entrer dans le fonds et d'en comprendre la structure, selon les sujets que le chercheur privilégie.
Ce mode d'emploi doit permettre à ce dernier de trouver par lui-même où se trouve ce qu'il cherche, voire lui faire découvrir d'autres aspects importants pour sa recherche auxquels il n'aurait pas songé a priori. Aussi, les cotes présentées ci-dessous consistent en des masses importantes qualitativement (et souvent quantitativement) et/ou en des sortes d'aiguillages vers l'information.
Le plus souvent, les relations commerciales établies résultent d'un long travail de prospection, de promotion et de persuasion en amont : elles peuvent s'être créées à la suite à d'une foire internationale, d'un voyage ou d'un effort de propagande particulier. Elles doivent être entretenues sur la durée, et là aussi la stratégie n'est pas univoque. Ainsi, tout comme il peut y avoir des intérêts différents selon les aspects de ces relations que l'on privilégie, il n'y a pas une seule et unique manière d'entrer dans l'histoire de ces relations. C'est pourquoi le mode d'emploi fait la distinction entre les différents secteurs d'activité de l'OSEC - à l'image de l'organisation du plan de classement - pour proposer des clés d'accès propres à chacun (les secteurs d'activité ne constituent pas pour autant des matières isolées et finies : ils sont très interdépendants). En tenant compte de ce qui précède, trois conseils de départ s'imposent avant de considérer ces manières d'appréhender le fonds selon la logique géographique.
1. Il est recommandé de restreindre tout ou partie de sa recherche à des périodes précises. Il n'est pas rare que des cotes couvrent l'entier du XXe siècle et représentent de ce fait des masses documentaires imposantes.
2. Certains documents intéressent des zones géographiques larges, faites de plusieurs pays (continents, alliances et réseaux économiques). Aussi, le chercheur intéressé par le Nigeria (par exemple) devrait aussi consulter les dossiers "Afrique" correspondant aux cotes qu'il a repérées dans un premier temps (pour autant qu'ils existent). Par ailleurs, il ne faut pas perdre de vue que certains pays ont eu différentes appellations par le passé (par exemple, Thaïlande pour Siam).
3. Les publications d'information de l'OSEC sont de bons abrégés de l'état du commerce extérieur suisse. Quelle que soit la matière prioritaire du chercheur, il trouvera dans cette documentation des résumés instructifs sur les sujets qui l'intéressent et leurs liens avec d'autres. On trouvera ces informations "généralistes" essentiellement aux cotes suivantes :
- PP 778.3/8 : Informations économiques
- PP 778.3/9 : Marchés étrangers
- PP 778.3/10 : L'exportation en pratique - Export Praxis
- PP 778.3/11 : Commerce extérieur suisse - Schweizer Aussenwirtschaft
Les cotes renvoient à des collections reliées, couvrant à elles quatre l'entier de l'existence de l'OSEC au XXe siècle. A l'exception de PP 778.3/9, elles sont au bénéfice de tables des matières annuelles permettant un accès rapide aux objets relatifs aux pays concernés. Dans une moindre mesure, on pourra aussi se référer à la matière contenue sous PP 778.8/8, qui offre des éclairages plus statistiques sur cette même durée.

Relations commerciales (soit essentiellement PP 778.6/1 à PP 778.6/20) :
Sous ces cotes sont réunis des documents relatifs à la mise sur pied de relations commerciales ou à l'entretien de celles déjà établies. Il faut garder à l'esprit que de nombreux objets relatifs à ce domaine étaient des attributions du siège de Zurich - ceci peut expliquer, le cas échéant, le manque de matière en rapport avec ces objets particuliers.
PP 778.6/1 regroupe les généralités relatives à la planification et à la gestion des relations commerciales entre la Suisse et l'étranger. Cette cote fait apparaître des masses significatives pour certaines périodes : le Proche-Orient dans les années 1930, l'Europe de l'Est dans les années 1970. Mais c'est à propos de l'URSS et des États-Unis que la matière est la plus importante. Pour l'URSS, les documents sont pratiquement en continu des années 1930 à 1980, sauf dans les années 1950 (les documents du début de cette période sont essentiellement les nombreux rapports du directeur Masnata, étayant ses arguments pour une expansion rapide des exportations suisses vers le marché russe. Blocages politiques oblige, ils sont restés sans suite pendant longtemps). Les États-Unis ont quant à eux fait l'objet d'une grand programme d'expansion dans les années 1980, intitulé Priorité USA (représente cinq classeurs fédéraux). A noter aussi : un intérêt continu pour l'Iran, dès les années 1930.
Pour mener à bien les relations commerciales, l'OSEC traite avec différents partenaires - suisses ou étrangers - et selon différentes modalités. Les manières les plus directes sont :
1. l'établissement de groupes de travail bipartites, le plus souvent nommés commissions mixtes (PP 778.6/2), qui se réunissent à intervalles réguliers pour faire le point sur les relations commerciales entre la Suisse et le(s) pays en question. Cette forme institutionnelle s'impose seulement à partir des années 1970; elle semble avoir été prisée pour les pays arabes et d'Europe de l'Est, et surtout la Chine (cette cote contient de nombreux documents relatifs à une décennie (1974-1984) de commission mixte Suisse-Chine);
2. les entretiens et négociations avec des délégations étrangères (PP 778.6/3). S'il y en a peu avant les années 1970, on retrouve dès cette période une majorité de pays d'Europe de l'Est. Les autres pays concernés sont beaucoup plus lointains.
Mais les relations commerciales ont aussi lieu pour bonne part via des intermédiaires officiels : agences commerciales de l'OSEC (PP 778.6/9), instances diplomatiques suisses (PP 778.6/10) ou étrangères (PP 778.6/12-13). Néanmoins,les quantités de documents importantes concernent les chambres de commerce suisses à l'étranger (PP 778.6/7) : l'OSEC semble avoir entretenu des liens très étroits avec celles-ci en Hollande, en Belgique, en France et en Italie. Ces instances ont souvent servi de relais pour la propagande de l'Office. Pour ce qui est des chambres de commerce étrangères en Suisse (PP 778.6/8), on notera surtout un gros dossier sur la Chambre arabo-suisse du commerce et de l'industrie.
Il se trouve aussi des acteurs privés intéressés par le commerce entre la Suisse et d'autres pays - ils sont parfois susceptibles de constituer une concurrence à surveiller (PP 778.6/20). Parmi eux, de nombreux groupements attirés par le commerce avec les États-Unis. On trouvera également sous cette cote un long dossier sur le Groupement suisse pour le commerce avec Israël, très lié à l'OSEC.
En résumé, les acteurs impliqués avec l'OSEC dans les relations commerciales entre la Suisse et l'étranger se répartissent comme suit :
- Partenaires officiels étrangers : PP 778.6/2, PP 778.6/3, PP 778.6/12, PP 778.6/13
- Partenaires officiels suisses : PP 778.6/9, PP 778.6/10, PP 778.6/11
- Partenaires privés étrangers : PP 778.6/8, PP 778.6/20
- Partenaires suisses privés : PP 778.6/6, PP 778.6/7, PP 778.6/20
En outre, l'OSEC a souvent été mandaté pour négocier directement avec des gouvernements étrangers sur les questions de clearing et de compensation (PP 778.3/29-31), ainsi que pour le remboursement de créances bloquées (PP 778.3/42).
Les cotes citées ci-dessus constituent des masses documentaires importantes, mais ne sont parfois que la partie immergée de l'iceberg - preuve en sont les nombreux renvois vers d'autres secteurs d'activité que présentent leurs documents.

Information et renseignement (soit essentiellement PP 778.3/1 à PP 778.3/46) :
Les cotes de cette section représentent à la fois les documents produits par l'OSEC et les sources documentaires utilisées pour les mettre sur pied. L'information peut être tout à la fois généraliste, disponible pour le grand public et les médias, ou spécifique, confidentielle et réservée aux membres. Elle peut aussi être dirigée vers l'étranger - la frontière entre information et propagande devenant parfois floue.
Pour ce qui est du niveau le plus général de l'information, on se référera aux quatre cotes déjà mentionnées en introduction (PP 778.3/8, PP 778.3/9, PP 778.3/10 et PP 778.3/11). Ces cotes recouvrent une période temporelle presque complète (1926-2000); c'est qu'elles traitent en fait de la même matière, les changements de titre équivalant à des réformes et des modernisations des manières de la présenter. Ainsi, la revue Commerce extérieur (PP 778.3/11) - la plus récente - accorde à chaque numéro une section dévolue à l'actualité de la construction européenne. Ces cotes constituent la meilleure entrée possible dans l'appréhension de la situation économique de la Suisse en général et de celle de l'industrie d'exportation et de ses relations avec l'étranger en particulier. A partir de ce qu'il y trouvera et de ses intérêts, le chercheur pourra affiner en se référant aux autres cotes de cette section.
Par exemple, et malgré la réserve émise plus haut, on trouvera des compléments intéressants à cette matière générale dans les informations spécialement conçues pour l'étranger (PP 778.3/4-7) ainsi que dans les chroniques radiophoniques (PP 778.3/12). Cette matière est aussi utile pour comprendre quelle image factuelle (plutôt que promotionnelle) de l'économie suisse l'OSEC voulait transmettre et à qui. Un exemple assez remarquable est l'élaboration pendant la Deuxième Guerre mondiale d'un service de bulletins hebdomadaires sur la situation de la Suisse transmis par téléphone de Berne à New York (voir PP 778.3/14). Cette entreprise fut mise sur pied par les autorités fédérales, avec la participation de l'OSEC.
Les informations plus spécifiques se répartissent en plusieurs domaines. Il y a d'abord les études demarchés sur des pays ou des problématiques particulières. Ce sont essentiellement les Rapports spéciaux séries A et B (PP 778.3/18-19) et les Business Guides (PP 778.3/20). Mais il n'y pas que le papier : l'OSEC a entrepris très tôt des conférences et journées d'informations sur des pays particuliers (PP 778.3/23), en ayant souvent recours à des diplomates suisses en poste à l'étranger (PP 778.2/32), puis à des hommes d'affaires "praticiens" de ces pays (plutôt de zones géographiques dans ce cas) et prêts à partager leurs expériences (PP 778.3/25).
L'OSEC a également rapidement institutionnalisé un service d'abord informel : celui d'informations courtes, à l'image de dépêches, sur des pays ou des secteurs pour lesquels ses membres avaient signalé leur intérêt. Ces informations, obtenues directement de contacts sur les terrains en question, étaient réservées exclusivement aux entreprises membres de l'OSEC et devaient rester confidentielles (ce qui n'a pas toujours été évident). Cettediscrétion s'explique par la nature parfois très critique et négative des renseignements qu'elles contenaient, le système de dépêches permettant de mettre rapidement au courant des risques de telle ou telle situation. La confidentialité s'explique aussi par les contextes politiques dans lesquelles se jouaient les relations commerciales : ainsi, l'"information confidentielle N° 4" de mai 1975, dépeignant une mauvaise conjoncture dans les affaires avec le Portugal fraîchement libéré de sa dictature, a provoqué un petit scandale après être tombée dans les mains de la presse. L'affaire remonta jusqu'au Conseil National, au moment même où il discutait du montant de la subvention allouée à l'Office. Les Informations confidentielles (PP 778.3/15) consistent ainsi en de courts exposés de la situation de pays particuliers, alors que les Informations spéciales (PP 778.3/16) s'attachent à des secteurs industriels spécifiques. C'est une matière riche et moins "retenue" que celle publiée par la presse de l'OSEC. Ces deux cotes sont composées de volumes annuels disposant d'index. En outre, on trouvera sous PP 778.3/17 d'autres informations relevant simultanément de ces deux logiques mais n'entrant pas sous leurs dénominations.
Si l'OSEC renseigne aussi les entreprises suisses sur des problèmes propres aux exportateurs (voir sous le point "autres services" du plan de classement), les informations les plus spécifiques se trouvent dans ce qui constitue un des fondements de l'activité de l'OSEC : le renseignement aux entreprises. Faisant déjà partie des missions du Bureau Industriel Suisse (PP 778.1/5), le siège lausannois de l'OSEC a repris cette tâche consistant à résoudre toute recherche de débouchés, de représentation, de mise en réseau etc. sur tous les points du globe - y compris en Suisse, pour les requêtes en provenance de l'étranger. La cote PP 778.3/2 contient les demandes de renseignement adressées au siège de Lausanne et leurs réponses, de 1921 à 1982 - il s'agit de consulter les répertoires annuels contenus sous cette même cote pour accéder directement aux objets et aux pays concernés. Le chercheur s'intéressera également aux cotes PP 778.4/60-63 pour ce qui est des "résultats de la propagande", c'est-à-dire les demandes de renseignements complémentaires de la part d'étrangers intéressés suite aux efforts promotionnels de l'Office et de ses partenaires.
Les sources nécessaires à l'élaboration de toutes ces informations sont regroupées par pays sous la cote PP 778.3/3 (l'URSS et les États-Unis constituant une fois de plus les plus grosses matières). Pour autant, elles ne sont évidemment pas exhaustives. Elles proviennent essentiellement de l'accès privilégié dont dispose l'OSEC aux services de la Confédération, de ses propres ressources et réseaux sur le terrain et des voyages de prospection effectués par l'Office. On se référera pour ce dernier point aux cotes PP 778.7/1-2, et aux cotes PP 778.6/4 à PP 778.6/20 pour ce qui est des deux premiers.
-Informations généralistes pour la Suisse : PP 778.3/8, PP 778.3/9, PP 778.3/1, PP 778.3/11
- Informations généralistes pour l'étranger : PP 778.3/4, PP 778.3/5, PP 778.3/6, PP 778.3/7, PP 778.3/12
- Informations spécifiques pour la Suisse : PP 778.3/15, PP 778.3/16, PP 778.3/18, PP 778.3/19, PP 778.3/20, PP 778.3/23, PP 778.3/25
- Informations spécifiques pour l'étranger : PP 778.3/28
- Renseignement pour la Suisse : PP 778.2/5, PP 778.3/2
- Renseignement pour l'étranger : PP 778.2/5, PP 778.3/2

Propagande (soit essentiellement PP 778.4/1 à PP 778.4/63) :
La matière regroupée sous ce point est composée en majorité de collections de revues. Les cotes présentées ici concernent plutôt l'organisation de la propagande à l'étranger dont les revues sont un des relais privilégiés. Le chercheur intéressé par ces collections pourra se référer aux documents relatifs à leur élaboration (PP 778.4/22-26); il découvrira quels soucis parcoururent leur mise sur pied, notamment vis-à-vis des pays auxquels elles étaient destinées.
En tant qu'attribution importante du siège de Lausanne, la propagande ne s'est pas réduite à quelques prospectus. En plus des nombreuses publications éditées en plusieurs langues, des actions de propagande ciblées ont été menées dans des pays particuliers, que ce soit pour l'image de la Suisse (PP 778.4/15) ou pour la promotion de ses industries (PP 778.4/27). Dans ce dernier cas, les plus grosses masses de documents concernent les États-Unis dès les années 1920 et - pour des périodes plus limitées - le Brésil, la Chine et la Hollande.
L'OSEC n'a pas non plus manqué de collaborer avec des médias étrangers (PP 778.4/51), mais uniquement dans les années 1970 et surtout dans les pays arabes.
Les voyages d'étrangers en Suisse ont été de bonnes occasions pour l'OSEC de faire la promotion de l'industrie suisse "par l'exemple". Qu'ils soient ministres (PP 778.4/55), délégués (PP 778.4/56), journalistes (PP 778.4/57) ou étudiants (PP 778.4/58), et qu'ils proviennent de pays limitrophes ou de l'autre bout du monde, nombre d'étrangers découvrant la Suisse ont eu droit à des visites d'entreprises, apparemment soignées dans le moindre détail. Ces voyages ont parfois provoqué quelques tensions entre l'OSEC et l'Office central suisse du tourisme, également organisateur - il semble qu'une des raisons de la prise en main par l'OSEC des voyages de journalistes étrangers provienne des conséquences qu'eurent plusieurs expériences malheureuses faites par les instances du tourisme dans ce domaine (par exemple : une visite de correspondants de guerre américains organisée par l'Office central suisse du tourisme en 1946 (voir PP 778.2/34). Ces journalistes furent promenés dans tout ce que le pays comptait de luxueux, et ne manquèrent pas de signaler une fois de retour aux États-Unis le décalage à leurs yeux indécent avec une Europe affamée et en ruines...). Une collaboration finira par s'instaurer entre les deux organismes, bien que pas toujours optimale.
Déjà citées auparavant, les cotes PP 778.4/60-63 ont l'intérêt de présenter les réactions des publics étrangers aux efforts de propagande de l'Office.

Foires et expositions (soit essentiellement PP 778.5/1 à PP 778.5/24)
De par le mandat hérité de son ancêtre la Centrale suisse pour les expositions, l'OSEC organise la présence de l'industrie suisse aux nombreuses foires étrangères, plus ou moins spécialisées. Sous PP 778.5/17, le chercheur trouvera toutes sortes de documents relatifs - par pays - à soixante ans de telles manifestations. On notera une fois de plus la quantité importante des documents concernant les États-Unis, spécialement l'exposition de 1939-1940 à New York. Des masses importantes concernent aussi les autres grands pays industrialisés (URSS, Europe de l'Ouest - France en tête -, Japon), le plus souvent lors de la seconde moitié du XXe siècle. A noter également : un dossier sur la foire de Lagos (Nigeria) en 1962, pour laquelle l'OSEC semble s'être beaucoupinvesti.
Les foires industrielles et commerciales ont mobilisé beaucoup d'efforts de la part des industries d'exportation et leurs organisations faîtières au cours du XXe siècle. Elles furent autant des occasions d'affaires que de propagande - pouvant même figurer comme un point particulier d'un programme d'actions de promotion. L'OSEC s'employa souvent à mêler l'image de la Suisse à celle de son économie (voir la section ci-dessus). On s'étonnera donc peu - outre les foires spécialisées - du nombre important d'expositions sur la Suisse et son économie à l'étranger (PP 778.5/18). Un grand nombre de documents y relatifs concerne les pays suivants : le Brésil, la Chine (exposition SITEX, 1974), les États-Unis, la Grande-Bretagne (Swiss Fortnight in Great Britain, 1959), la Roumanie et l'URSS. A l'exception des deux dernières, ces documents débutent dès les années 1940.
De même, en plus de la place de choix qu'il occupe dans l'organisation des expositions nationales, l'OSEC a joué un rôle majeur dans la représentation suisse aux expositions universelles (PP 778.5/13-16).
En outre, de nombreux documents concernant les foires et expositions sont regroupés parmi les communiqués de presse (PP 778.3/13) ainsi que les circulaires envoyées aux membres à ce sujet (PP 778.5/2).

Voyages (soit essentiellement PP 778.7/1 à PP 778.7/4)
Par leurs voyages à l'étranger, la direction et les collaborateurs de l'OSEC ont poursuivi plusieurs objectifs :
- récolter de l'information pour des études de marché;
- créer de nouveaux contacts ou entretenir ceux déjà existant;
- s'assurer de la qualité de la représentation des intérêts de l'économie suisse;
- juger des conditions d'une future campagne de propagande, etc.
Il se peut encore une fois que les voyages soient compris dans des plans plus larges relatifs à ces objets. En outre, l'OSEC a souvent été mandaté par des entreprises suisses pour des missions précises à l'étranger.
Il est impératif de consulter à la fois la cote concernant les voyages dans des pays particuliers et celle concernant les "tournées" (respectivement PP 778.7/1 et PP 778.7/2) : les pays manquants dans l'une se trouvent certainement dans l'autre.
Pour ce qui est des voyages dans des pays particuliers (PP 778.7/1), la Chine occupe une place très importante. L'OSEC s'y est rendu à plusieurs reprises dès le début des années 1970. Plus généralement, cette période semble marquer un renouveau dans les voyages de l'Office, qui se limitaient jusqu'alors et à de rares exceptions aux pays limitrophes et de l'Europe de l'Ouest. On commence alors à multiplier les voyages un peu partout, mais ce sont les pays de l'Europe de l'Est dans lesquels on revient le plus souvent. Les tournées (PP 778.7/2) démontrent quant à elles un intérêt prononcé pour l'Asie (spécialement Hongkong, l'Indonésie, la Malaisie, Singapour, Taïwan et la Thaïlande). Cette matière est dense; il est donc recommandé de consulter les index de ces deux cotes pour préciser sa demande (aussi bien pour ce qui est des pays que pour les dates).

Circulaires
La matière brute contenait une série chronologique distincte, classée sous le terme de "circulaires". Il s'agit de la correspondance envoyée par l'OSEC à ses membres et affiliés. Comme ces circulaires abordent des sujets divers, elles ont été photocopiées. Les copies ont été réparties selon leurs thématiques dans les différents points du plan de classement (pour autant qu'elles y aient trouvé une place), alors que les originaux sont conservés dans leur unité chronologique sous la cote PP 778.2/59. Consulter cette dernière en parallèle aux recherches thématiques peut s'avérer intéressant pour mieux appréhender la succession temporelle des actions et événements.

Doublons
De nombreux documents figuraient en plusieurs exemplaires dans la matière brute. Une fois le plan de classement réalisé, certains de ces exemplaires ont pu être placés sous des cotes différentes, du moment que les sujets qu'ils abordent s'y prêtaient. Ceux qui n'ont pu être classés constituaient des doublons, et par conséquent ont été détruits (voir bordereau d'élimination).

Photographies et films
Les archives de l'OSEC sont parsemées de nombreuses photographies, surtout dans les dossiers de la première moitié du XXe siècle. Ces photographies ont le plus souvent pour sujets les foires et les diverses assemblées, mais on trouve aussi bon nombre d'originaux ayant servi dans les publications de propagande. Le fonds comprend également deux films. Photographies et films ont été séparés de leurs dossiers d'origine pour des raisons de conservation. Ils sont classés sous une cote de gestion correspondant à leur cote de provenance. Cette manière de faire permet de conserver ensemble des photographies issues du même dossier, ou en tout cas relatifs aux mêmes thématiques. Par exemple, pour ce qui est des films, la cote de gestion du premier est U 13/1, qui correspond à la cote de provenance PP 778.2/11, puisque le film porte surl'assemblée générale de l'OSEC de 1975. L'autre film traitant de la foire internationale de Barcelone en 1962 se trouve sous la cote U 13/2, qui correspond à la cote de provenance PP 778.5/17, sous laquelle sont regroupés tous les dossiers et les documents écrits concernant les foires internationales, et dont le film est issu à l'origine. Il en va de même pour les photographies, classées sous la cote de gestion T 464 (PP 788.1-9) et T 22 (PP 778.10). Certains dossiers en disposent en grande quantité, comme celui concernant l'exposition nationale de 1964 (PP 778.5/9 - T 22/13).

Collections photographiques
Cette section, correspondant à la donation du 18 novembre 2010 de la Cinémathèque suisse, a été jointe au fonds avec les cotes PP 778.10/1-583. Ces photographies, accompagnées très souvent de documents imprimés, ont été commandée entre 1937 et 1999 par l'OSEC afin d'illustrer les campagnes de promotion de l'économie suisse à l'étranger et éclairent l'évolution des grandes entreprises suisses au 20e siècle. Mais il s'agissait également de répandre une certaine image de la Suisse. Ainsi retrouve-t-on des photographies regroupées par thématiques ainsi que des vues des principales régions, villes, paysages ruraux, infrastructures et personnalités importantes du monde politico-économique suisse qui font la spécificité de notre pays. On trouve également de cette section des photographies qui se rapportent plus précisément à l'OSEC - la gestion du recours à la photographie, ses collaborateurs, ses assemblées générales et rapports annuels - celles ayant servi dans un nombre important de publications, ainsi que des photographies ayant trait à certaines expositions, autant nationales qu'à l'étranger.
La réserve, les archives, ainsi que les collections des photographes Jean Bauty de Lausanne, Roland Schneider de Soleure, Henry Wyden de Lausanne et Max F. Chiffelle de Chexbres, ont été intégrées au sous-fonds, selon le plan de classement qui le détermine. Ces dernières ont néanmoins subsisté en tant que telles, vu la quantité trop importante de photographies qu'il aurait fallu classer arbitrairement. La donation du 20 mars 2017 de la Cinémathèque a enrichi la section de thèmes photographiques et de documents imprimés isolés, en particulier : "Hommes machines"; "Puissance invisible","L'Heure", "Parures".

Matériel
Le matériel reçu avec les versements (fourres de dossiers, classeurs etc.) a été récupéré et réutilisé dans la mesure du possible pour PP 778. Certains documents étaient contenus dans des dossiers suspendus, eux-mêmes rangés dans cinq armoires métalliques. Ils ont été classés dans des cartons.

Remarques sur la consultation du fonds :
Dans ce fonds, une cote comprend généralement plusieurs dizaines de documents. Il sera dès lors souhaitable d'encourager le lecteur à préciser sa ou ses demande(s) en joignant aux cotes qu'il voudrait consulter d'autres données.
Par exemple, il s'agit de préciser le cas échéant sur sa fiche de demande le pays et la ou les dates concernés par ce document (cf. index de la ou des cote(s) concernée(s)); autrement - c'est-à-dire si elle n'inscrit que la cote - c'est l'entier des documents classés sous cette cotequ'il faudrait lui remettre, ce qui représente souvent une masse importante.
Pour ce qui est des publications, on tâchera également de préciser quelle(s) est ou sont la/les date(s) des publications que l'on veut consulter, sous peine de subir le même problème, à savoir se retrouver avec un siècle (respectivement 3 mètres linéaires) de revues.
N.B. : les fichiers annotés d'un "R" indiquent une référence aux fichiers du renseignement (PP 778.3/2).

Dates marquantes de l'OSEC et de son siège de Lausanne

1927 : Fondation.
1928 : Création de la revue La Suisse industrielle et commerciale.
1929 : Création du service de presse et du service agricole. Expositions internationales de Barcelone et de Liège.
1930 : Crédit de Fr. 50'000.- du Crédit Suisse pour le développement de relations commer­ciales avec le Chili.
1931 : Création du service d'informations confidentielles et de la revue Textiles suisses.
1933 : Actions spéciales pour favoriser l'exportation suisse en Hollande, Yougoslavie et Perse (Iran). Création du service de clearing et compensation.
1934 : Fondation de l'Association pour le trafic hungaro-suisse (GESUWA) et de l'Asso­ciation pour le les relations entre la Yougoslavie et la Suisse (VJSH).
1935 : Exposition internationale de Bruxelles. Secrétariat de la Commission centrale suisse des organisations de propagande en faveur de la production nationale. Création des Rapports spéciaux. Mesures d'appui aux industries horlogère et viticole (fondation de la Swiss Wine Growers Association).
1936 : Crédit annuel d'un million de francs de la Confédération pour le développement de services commerciaux à l'étranger; ouverture des premières agences commerciales (Amérique centrale, Afrique occidentale, Proche Orient, Chine).
1937 : Exposition internationale de Paris.
1939 : Service d'informations sur l'économie de guerre. Exposition nationale à Zurich. Émissions radiophoniques en anglais et en espagnol.
1940 : Plan d'évacuation des bureaux à Bordeaux. Exposition universelle de New York.
1942 : Secrétariat de la Commission de formation professionnelle pour l'exportation et de la Gesellschaft für Marktforschung (Zurich).
1943 : Secrétariat du Groupement Romand pour l'Étude du Marché (Lausanne).
1944 : Crédit annuel de Fr. 2,5 millions de la Confédération.
1945 : Réforme de la Commission de surveillance.
1946 : Réduction de 40 % de la subvention fédérale (de Fr. 2,5 à 1,5 millions). Fermeture de dix agences commerciales. Création de la revue Technique suisse.
1947 : Réorganisation. Licenciement de plus d'un quart du personnel. Fermeture de onze agences commerciales.
1948 : Création du "Groupement suisse pour le commerce avec Israël".
1955 : Exposition et foire internationales de Sao Paulo.
1956 : Exposition universelle de Bruxelles.
1957 : Semaine suisse à Düsseldorf.
1958 : Secrétariat du Groupement romand des rédacteurs de journaux d'entreprise.
1959 : "Swiss Fortnight", Londres.
1963 : Secrétariat de la Chambre de commercesuisse pour les pays arabes du Moyen-Orient et de la Commission suisse de la Chambre de commerce hollando-suisse.
1964 : Exposition nationale à Lausanne. Début de la collaboration avec la Conférence des organismes européens d'expansion commerciale (ETPO).
1965 : Secrétariat de l'Association suisse des usagers des transports et de l'Übersee-Komitee (Schweizerischer Überseertag).
1966 : Réforme : un directeur et deux responsables de siège. Fermeture des dernières agences commerciales.
1967 : Exposition universelle de Montréal.
1968 : Création de la revue Elégance suisse.
1969 : Création de la revue Textiles suisses - Intérieur.
1971 : Augmentation de la subvention fédérale annuelle de Fr. 1,5 à 2,8 millions.
1970 : Exposition universelle d'Osaka. Création du "Fichier industriel international".
1974 : Schweizerische Industrie-Austellung in Peking (SITEX 74).
1975 : Augmentation de la subvention fédérale annuelle à Fr. 3,9 millions.
1977 : Réforme : cinq départements (publication et information sur la Suisse, information sur les marchés étrangers, promotion du commerce extérieur, documentation sur les sources d'achat en Suisse, foires et campagnes spéciales à l'étranger).
1979 : Crédits de Fr. 5,5 millions et 2,5 millions de la Confédération pour un programme promotionnel en matière d'exportation et l'édition d'une série de publications sur l'industrie suisse. Création des revues Marchés étrangers et La Suisse, votre parte­naire.
1980 : Réduction des crédits accordés en 1979. Exposition industrielle suisse à Séoul (SWISSKOR 80). Secrétariat de l'Office d'information pour le financement des exportations.
1982 : Subvention annuelle de la Confédération arrêtée à Fr. 7 millions, la part de la Confédération aux dépenses de l'OSEC ne pouvant dépasser 45 %.
1983 : Diminution de 10 % de la subvention fédérale (de Fr. 7 à 6,3 millions). Programmes "Priorité USA" et "Priorité Japon".
1984 : "Swissexpo Jeddah", Arabie saoudite.
1986 : Réforme : un directeur supplémentaire.
1987 : Création de la banque de données "système d'exportation suisse".
1988 : Création du bulletin L'Exportation en pratique.
1990 : Augmentation de la subvention fédérale annuelle à Fr. 10 millions.
1991 : Création de l'Euro Info Center Suisse.
1993 : Diminution de 20 % de la subvention fédérale annuelle sur deux ans.
1995 : Création de la revue "Commerce extérieur suisse".
1996 : Création du service "systèmes d'information et de communication".
1997 : Création du site internet www.osec.ch.
2001 : Fermeture du siège de Lausanne; regroupement des activités à Zurich.

Personnalités importantes
Albert Masnata (16 mars 1900 - 30 septembre 1983)
Licencié ès sciences sociales - Privat-docent
Encore étudiant, il entre au B.I.S. comme secrétaire en 1920. Licence ès sciences économi­ques la même année.
Docteur ès sciences commerciales 1924.
Licencié ès sciences sociales en 1925.
Directeur de l'OSEC-Lausanne depuis sa création (1927) jusqu'en 1966.
Président de laFédération romande de publicité dès 1928.
Docteur ès sciences sociales et politiques en 1933.
Conseiller communal à Lausanne 1931-1933.
Privat-docent de politique économique à l'Université de Lausanne dès 1936, puis chargé de cours en sciences sociales et politiques de 1953 à 1966.
Leu député (libéral) le 7 mars 1937 - jusqu'en 1941.
Président de la Chambre suisse du Cinéma en 1938.
Membre du comité de l'Exposition nationale de 1964.
Mission en tant qu'expert en organisation du commerce extérieur à Madagascar pour le compte de la coopération technique bilatérale de la Confédération avec les pays en voie de développement en 1963.
Mission de l'ONU en tant qu'expert en politique commerciale au Panama en 1966.
Expert-économiste au Centre du commerce international du GATT en 1967.
Officier de la Légion d'Honneur.

Henri Muret (2 avril 1871 - 1er mars 1949), ingénieur S.I.A.
D'abord ingénieur (vélodrome de Lausanne et de Bâle en 1924) puis ingénieur-conseil (également en Franceet en Belgique), Henri Muret fonda en 1919 et présida dès lors le Bureau Industriel Suisse avec le soutien de la Chambre de commerce vaudoise. Après la fusion qui créa l'OSEC; Henri Muret en devint le vice-président, puis son président de 1939 à 1945. Il resta membre de la commission de surveillance jusqu'en 1948.
Henri Muret fut le premier directeur du Comptoir Suisse dès sa fondation en 1919. Il fut également l'initiateur de la Foire internationale des produits coloniaux qui s'y tint en 1925.
Il reçut le ruban de chevalier de la Légion d'Honneur en 1926.

Présidents et directeurs de l'OSEC 1927-1999
- 1927-1938 : Ernst Wetter (président); Henri Muret (vice-président); Albert Masnata (directeur Lausanne); Meinrad G. Lienert (directeur Zurich).
- 1939-1944 : Henri Muret (président); Heinrich Homberger (vice-président); Albert Masnata (directeur Lausanne); Meinrad G. Lienert (directeur Zurich).
- 1945-1946 : Heinrich Homberger (Assume la présidence ad intérim); Albert Masnata (directeur Lausanne); Meinrad G. Lienert (directeur Zurich).
- 1947-1965 : Edgar Primault (président); Heinrich Homberger (vice-président); Albert Masnata (directeur Lausanne); A. J. Staehelin (directeur Zurich dès septembre 1947).
- 1966 : Edgar Primault (président); Fritz Hummler (vice-président); Albert Masnata (directeur Lausanne); Meinrad G. Lienert (directeur Zurich).
- 1967-1970 : Fritz Hummler (président); Peter Aebi (vice-président); Robert Montandon (directeur); Pierre Addor (directeur adjoint Lausanne); John Brunner (directeur adjoint Zurich).
- 1971-1973 : Gérard Bauer (président); Bernard Wehrli, (vice-président), Frédéric Walthard (vice-président); Mario Ludwig (directeur); Pierre Addor (directeur adjoint, secrétaire général); Yves Martin (directeur adjoint Lausanne); Hans J. Halbheer (directeur adjoint Zurich).
- 1974-1975 : Gérard Bauer (président); Bernard Wehrli (vice-président), Frédéric Walthard (vice-président); Mario Ludwig (directeur); Pierre Addor (directeur adjoint, secrétaire général); Yves Martin (directeur adjoint Lausanne); Werner Sutter (directeur adjoint Zurich).
- 1976-1977 : Gérard Bauer (président); Bernard Wehrli (vice-président), Frédéric Walthard (vice-président); Mario Ludwig (directeur); Pierre Addor (directeur adjoint, secrétaire général); Michel de Schoulepnikov (directeur adjoint Lausanne); Werner Sutter (directeur adjoint Zurich).
- 1978-1979 : Heinz Haas (président); Bernard Wehrli (vice-président), Frédéric Walthard (vice-président); Mario Ludwig (directeur); Pierre Addor (directeur adjoint, secrétaire général); Michel de Schoulepnikov (directeur adjoint Lausanne); Werner Sutter (directeur adjoint Zurich).
- 1980-1981 : Heinz Haas (président); René Retornaz (vice-président), Bernard Wehrli (vice-président); Mario Ludwig (directeur); Michel de Schoulepnikov (directeur adjoint Lausanne); Werner Sutter (directeur adjoint Zurich).
- 1982-1983 : Heinz Haas (président); Peter Hutzli (vice-président), René Retornaz (vice-président); Mario Ludwig (directeur); Michel de Schoulepnikov (directeur adjoint Lausanne); Werner Sutter (directeur adjoint Zurich).
- 1984-1985 : Rudolph Schmid (président); Peter Hutzli (vice-président), René Retornaz (vice-président); Mario Ludwig (directeur); Michel de Schoulepnikov (directeur adjoint Lausanne); Werner Sutter (directeur adjoint Zurich).
- 1986 : Rudolph Schmid (président); Peter Hutzli (vice-président), René Retornaz (vice-président); Walter Fust (directeur dès octobre 1986); Michel de Schoulepnikov (directeur adjoint Lausanne); Werner Sutter (directeur adjoint Zurich).
- 1987-1989 : Rudolph Schmid (président); Antoine Hoefliger (vice-président), Peter Hutzli (vice-président); Walter Fust (directeur); Werner Sutter (directeur adjoint).
- 1990 : Rudolph Schmid (président); Antoine Hoefliger (vice-président), Peter Hutzli (vice-président); Martin Monsch (directeur dès mars 1990); Werner Sutter (directeur adjoint).
- 1991 : Anton Hegner (président dès juin 1991);Antoine Hoefliger (vice-président), Peter Hutzli (vice-président); Martin Monsch (directeur); Werner Sutter (directeur adjoint).
- 1992-1998 : Philippe Lévy (président dès mai 1992); Antoine Hoefliger (vice-président), Peter Hutzli (vice-président); Martin Monsch (directeur); Werner Sutter (directeur adjoint).
- 1999 : Philippe Lévy (président); Antoine Hoefliger (vice-président), Peter Hutzli (vice-président); Martin Monsch (directeur); Peter Pfister (directeur adjoint).

Zone des conditions d'accès et d'utilisation

Conditions d'accès:Consultation soumise à une réserve de 50 ans (sauf dérogation de la direction de l'Office suisse d'expansion commerciale)
Langue et écriture:Allemand; Anglais; Arabe; Chinois; Espagnol; Finnois; Français; Hébreu; Hongrois; Italien; Japonais; Latin; Néerlandais; Norvégien; Polonais; Portugais; Romanche; Roumain; Russe; Slovène; Suédois; Tchèque; Turc

Zone des sources complémentaires

Copies, existence et lieu de conservation:PP 778 ne constitue qu'une partie visible des archives de l'OSEC dont on ne peut réellement mesurer l'ampleur. Tout ce que l'on sait est que les documents regroupés sous cette cote proviennent du siège de Lausanne. Ce qui n'exclut pas que des documents de ce siège soient actuellement gardés à la succursale zurichoise toujours en activité. De surcroît, si une partie des archives de cette dernière se trouve aux Archives fédérales suisses, on n'en sait pas plus sur ce qu'elle conserve chez elle. Il faut donc garder à l'esprit que les archives présentes aux ACV ne sont pas exhaustives.
Les films produits par l'OSEC ont été remis à la Cinémathèque suisse par l'OSEC.
Sources complémentaires aux ACV:PP 90 : Masnata (Albert)
Bibliographie:- Sens moral et temps nouveaux (1945) (Henri Muret).
- La personne et la masse, simple méditation, 1947, Genève, Éditions du Mont-Blanc (Henri Muret).
- Entre l'individualisme et le collectivisme, Lausanne, Imprimerie Centrale S.A., 1948 (Albert Masnata).
- Les échanges internationaux au XXe siècle, Genève, Éditions générales S.A., 1961 (Albert Masnata).
- Le système socialiste soviétique, Boudry-Neuchâtel, Éditions de la Baconnière S.A., 1966 (Albert Masnata).
- Cinquante ans de promotion du commerce extérieur 1927-1977, Zurich et Lausanne : Office suisse d'expansion commerciale, 1977.
- 60 Jahre OSEC - Chronik 1927-1986, Zurich et Nyon : Office suisse d'expansion commerciale, 1987.
- 70 ans de promotion du commerce extérieur, Office suisse d'expansion commerciale, 1997.

- Claire-Lise Debluë, Exposer pour exporter. Culture visuelle et expansion commerciales en Suisse (1908-1939), Neuchâtel : Editions Alphil-Presses universitaires suisses, 2015, 523 p.

Zone des notes

Notes:Remarque sur le terme de "propagande"
Ce terme n'a pas nécessairement la connotation péjorative qu'on lui connaît aujourd'hui. Dans le cas de l'expansion commerciale, jusqu'à la fin des années 1960, le travail de propagande constituait en un mélange savamment dosé d'informations concrètes et de publicité, à des fins de promotion de l'industrie nationale; autrement dit, il s'agit de «faire connaître d'une façon systématique nos produits au dehors pour en provoquer la demande» (Premier rapport annuel de l'OSEC suisse d'expansion commerciale, 1928, p. 15, souligné par nous, PP 778.2/10). Ce dernier point distingue la propagande du "simple" renseignement (Voir également PP 778.4/16 pour plus de précisions).
Ainsi, une revue comme "Textiles suisses" (Voir PP 778.4/24) de l'OSEC constitue un exemple de mise en valeur d'un secteur économique particulier qui alliait une présentation très soignée à des informations sur les conditions de production particulières à la Suisse. Le but n'étaitpasseulement d'intéresser d'éventuels partenaires commerciaux, mais bien d'insinuer l'idée générale de la "qualité suisse" auprès de l'"opinion publique", qui est aussi le demandeur/consommateur final! Ceci explique partiellement pourquoi les actions visant à présenter les industries helvétiques valorisaient également une certaine image de la Suisse, reflétant de manière plus ou moins flagrante les valeurs et qualités supposées du pays sur les produits de son économie (et vice-versa).
La propagande était considérée comme un des pans essentiels de l'expansion commerciale, aussi bien par l'OSEC que par ses partenaires/concurrents. De fait, loin de considérer la propagande comme un terme négatif ou même de stricte organisation interne, on ne manquait pas alors de féliciter son partenaire pour "sa belle et efficace propagande" (Voir PP 778.4/60-63 pour des exemples parlant¿), etc. L'OSEC a très vite compris que la propagande ne devait pas se limiter à des publications; l'OSEC a utilisé avecsuccès les moyens du cinéma et de la radio. Néanmoins, les grandes foires commerciales internationales sont demeuré le terreau de prédilection le plus manifeste de la propagande économique.
Malgré ces précisions, la propagande est parfois difficile à distinguer de l'information - à titre d'exemple, les chroniques radiophoniques pouvaient être intégrées dans un plan de propagande globale en tant que partie distincte, alors même qu'elles ne constituaient qu'en des informations objectives sur l'activité de l'économie suisse. On tâchera de garder cette complexité (ou cette ambiguïté) à l'esprit lors de l'utilisation du plan de classement.

Zone du contrôle de la description

Information sur le traitement:Répertoire numérique (PP 778.1-9) établi en septembre 2003 par Julien Clavel, sous la direction de Gilbert Coutaz. Données d'inventaire importées dans scopeArchiv avec l'outil CoSA en mars 2014, par Carole Laubscher. Lors de l'importation, les données figurant dans les 31 annexes de l'inventaire word ont été reportées au niveau des cotes concernées. Ce qui a engendré un très gros travail de dédoublement de cotes et la création de centaines d'unités de description.

Les archives de l'OSEC conservées par les ACV représente une matière dense et variée. Il est fréquent qu'un document aborde de nombreux sujets différents. Suivant ce constat, le plan de classement de PP 778 s'est organisé selon trois logiques.
La première a été de créer des catégories selon les secteurs d'activité de l'OSEC (services, propagande, foires, etc.). Cette logique s'exprime dans le plan de classement par les différents titres et sous-cotes (par exemple : PP 778.5/ regroupe ce qui concerne les foires). Comme cesarchives - telles qu'elles ont été reçues - étaientdéjà généralement regroupées de cette manière, il n'y a pas eu besoin de démanteler beaucoup de dossiers.
Une fois ces catégories établies, elles ont été organisées selon une logique partant de l'intérieur vers l'extérieur. Ainsi les premiers points du plan de classement touchent à l'organisationinterne de l'OSEC, alors que les derniers concernent les rapports avec l'étranger ainsi que les voyages.
Ces deux logiques ont suffi pour rédiger le plan de classement, mais elles en évacuent une troisième, pas moins importante : celle des zones géographiques concernées par l'activité de l'OSEC.

La partie "Collections photographiques" PP 778.10/1-583, ouverte à la suite de la donation de la Cinémathèque suisse du 18 novembre 2010, a été analysée en mai 2011 par Nicolas Keuffer, sous la direction de Gilbert Coutaz. Cette partie vient s'ajouter au plan de classement et utilise une cotation autonome pour les photographies, qui portent les cotes (T 22/1-342) et qui ont soigneusement été distinguées des imprimés les accompagnant. Ces photographies ont été prises majoritairement autour des années 50 à 70 (une révision complète ayant été faite auprès des entreprises en 1973-1974; dates extrêmes : 1937-1999) et sont donc pour la plupart positives et en noir et blanc bien que les plus récentes permettent de constater l'évolution de la technique photographique avec les années. Ainsi, seules ont été indiquées les caractéristiques matérielles divergeant de la photographie en noir et blanc : photographies en couleurs, négatifs, diapositives, cartes postales. Il existe également 29 grands formats (PP 778.10/574). Ces photographies, qui sont de tailles très différentes, ont été systématiquement comptées et placées, souvent en pile, dans des enveloppes en pergamine. Elles présentent toutes un bon état de conservation et les doublets, en nombre assez conséquent parfois, ont été éliminé. Il en va de même pour les documents imprimés.La réserve, les archives, ainsi que les collections des photographes mandatés ont été insérées dans le sous-fonds. L'indexation a privilégié les descripteurs matières et ne répète pas ce qui est déjà donné par le champ "Intitulé" (cela concerne surtout les entreprises) ni ne reprend pas les noms des personnes donnés dans le champ "Contenu". La préférence a été donnée à indexer les fonctions ou les titres des personnes.

Inventaire de la donation du 20 marts 2017 rédigé par Gilbert Coutaz, 6 juillet 2017.

Inventaires en ligne

Inventaire extrait de DAVEL:CH_ACV__INV_01__0000050588.pdf
 

Descripteurs

Entrées:  commerce (Matières\C)
  commerce international (Matières\C)
  économie (Matières\E)
  foire (Matières\F)
  relations économiques (Matières\R)
  pays industrialisé (Matières\P)
  SCHWEIZERISCHE ZENTRALE FÜR HANDELSFÖRDERUNG (ZÜRICH) (Personnes\S)
  grande entreprise (Matières\G)
  commerce intérieur (Matières\C)
  expérience (Matières\E)
  MASNATA (ALBERT, DIRECTEUR DE L'OFFICE SUISSE D'EXPANSION COMMERCIALE ET DEPUTE VAUDOIS, 1900-1983) (Personnes\M)
  OFFICE SUISSE D'EXPANSION COMMERCIALE (LAUSANNE) (Personnes\O)
  UNION EUROPEENNE (Personnes\U)
  presse économique (Matières\P)
  Exposition universelle (1937 ; Paris) (Matières\E)
  Exposition universelle (1939 ; Liège) (Matières\E)
  Suisse - image - influence exercée (Lieux\S)
  Exposition universelle (1940 ; New York) (Matières\E)
 

Fichiers

Fichiers:
  • CH_ACV__INV_01__0000050588.pdf
 

URL pour cette unité de description

URL: http://www.davel.etat-de-vaud.ch/detail.aspx?id=50588
 

Médias Sociaux

Partager
 
Accueil|Connexion|de en fr it nl sl ar hu ro
Inventaires des Archives cantonales vaudoises